"MOTION", qui signifie "mouvement" en latin...






















PROCHAINE DATE
samedi 19 novembre 2011, 20h30
Centre culturel Michel Spiral
5-7, rue des Archers
91310 MONTLHERY

Tarif adulte : 7€
Tarif -12 ans : 4€
réservation conseillée au 01 64 49 62 00

Que dois-je écouter? ce que "je sens" ou ce que "je sais", ce dont "j'ai envie" ou ce que "je dois"?
Cette création de la chorégraphe Emmanuelle Cirvellé permet d'assister à la lutte entre l'aspect instinctif de l'homme qui plonge ce dernier au coeur des sensations profondes, et son côté rationnel qui "contrôle", met de l'ordre, structure...
La soirée mettra également en avant les danseurs de la compagnie Souls Vivors, de l'école de danse de Montlhéry et de l'association Montlhéry GR.

Retrouvez toute la saison du centre culturel de Montlhéry sur :
http://fr.calameo.com/read/000140106dac3c6555a9c


video
" MOTION" la vidéo

LA COMPAGNIE MILUNA
Chorégraphe : Emmanuelle Crivellé
lumières : Bernard Espinasse
ils dansent : Sandra Da Silva, Chantal Demontero, Déborah Houdbine, Jim Krummenacker, Thierry Lasseire, Philippe Régal


"Motion", propos artistique
Emmanuelle, chorégraphe de la Cie Miluna nous parle de « Motion », sa dernière création…

À travers cette création, j'aborde le conflit entre les émotions et le mental, le ressenti et l'intellect - (plus vulgairement : entre « la tête et le corps ») - qui tiraille, déstabilise, et trouble l'être humain dans son vécu quotidien et dans ses choix de vie.
Pourquoi ce tiraillement ? Parce que même si «
émotion et mental » sont complémentaires, leur co-existence est souvent bien compliquée !
En effet, si le mental permet de canaliser les émotions, d'y mettre du sens et des mots, il nous sert aussi bien souvent à
les ignorer. Au-delà de ces qualités nécessaires à notre construction, le mental préserve l’individu de ce qu’il ne veut pas voir ou sentir.
Le corps, en revanche, ne ment pas. Il exprime en permanence et de diverses manières ce qui, en nous, est refoulé.
«
Motion » donne corps à cette dualité, ce conflit entre deux facettes d’une seule et même pièce : l’être humain.
La création met en scène ces émotions qui « tentent » de ne pas se laisser taire et étouffer par le mental, et ce mental, qui lutte pour ne pas « se laisser envahir » par une sensibilité exacerbée qui l'empêcherait de faire son travail de contrôle, de maîtrise et d'analyse, correctement !